Les membres du CPE...

 
   
accueil | membres |actualités | contact|
 

 

 

L'Association des traducteurs littéraires de France

 
 

http://www.atlf.org/

 

 

Bref historique

 


L’ATLF est née en 1973 d’une scission avec la Société française des Traducteurs (SFT), jugée trop tournée vers la traduction technique. L’ATLF exprime ainsi la volonté d’être une association littéraire qui souhaite défendre les intérêts spécifiques des traducteurs littéraires et donc lutter aux côtés des écrivains (auxquels les assimile la loi de 1957 sur la propriété littéraire et artistique) Dès le début, l’ATLF établit, à partir d’indications données par ses adhérents, puis d’enquêtes annuelles, une grille de rémunérations dont l’unité de calcul est le feuillet dactylographié de 1500 signes, document de référence envoyé aux adhérents et aux éditeurs de littérature étrangère et publié chaque automne dans Livres-Hebdo. Elle mène aussi un combat de tous les instants pour la reconnaissance de la profession de traducteur.
Avril 1981 : une Assemblée générale extraordinaire, rendue nécessaire par une AG houleuse en mars, met en évidence les dissensions qui portent essentiellement sur deux points : 1) l’affirmation d’un statut professionnel du traducteur littéraire ; 2) la transformation de l’ATLF en syndicat. Finalement la proposition de transformer l’ATLF en syndicat est repoussée en décembre de la même année.
1983 : Naissance d’ATLAS fondée sous l’égide de l’ATLF. Contacts réguliers avec la Direction du Livre, le ministère du Travail et le Syndicat national de l’Edition (SNE).
1984 : Signature du Code des Usages pour la traduction d’une œuvre de littérature générale entre le Conseil permanent des Ecrivains, l’ATLF et la SFT d’un côté, le SNE de l’autre.
1986 : Création, à l’initiative de l’ATLF, du Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires (CEATL).
1991 : Les membres de l’ATLF deviennent de plein droit membres d’ATLAS. Au cours de cette même AG, l’ATLF étend son action dans les domaines de la traduction théâtrale et audiovisuelle.
1993 : Signature du nouveau Code des Usages entre d’une part l’ATLF, la SFT et la SGDL (Société des Gens de Lettres), et d’autre part, le SNE.
1995 : L’ATLF ouvre le dossier de la rémunération des traductions dites difficiles, à vocation patrimoniale, et saisit le CNL du problème.
1996 : Sous le sigle ATLF, apparaissent désormais les mentions Editions, Presse, Théâtre, Audiovisuel.
1999 : Crédits de traduction alloués pour la première fois par le CNL aux traducteurs d’œuvres à vocation patrimoniale qui en font la demande.
2000 : L’ATLF organise des ateliers de formation et crée une liste de diffusion sur Internet, réservée à près de 150 membres.
2001 : Création d'un site Internet, destiné à offrir information et conseils à tous les traducteurs.
2007 : l’ATLF crée une newsletter, appelée Flash-infos.

Aujourd’hui, l’ATLF compte plus de 900 membres, publie un Répertoire de ses adhérents tous les deux ans (et un Additif l’année intermédiaire), une Lettre d’information et, en collaboration avec ATLAS, une revue semestrielle, TransLittérature.

Entièrement animée par des bénévoles, elle tient une permanence hebdomadaire, répond aux questions des traducteurs et des éditeurs, rédige et diffuse des documents professionnels, informe les adhérents (et les non-adhérents) de leurs droits, les conseille en cas de litige et mène des missions de conciliation.

Elle reçoit pour ses publications et les services qu’elle rend à l’interprofession une subvention du CNL. Le (ou la) président(e) de l’ATLF siège au Conseil d’administration du CNL. Plusieurs adhérents de l’ATLF font partie de la Commission de Littérature étrangère du CNL. L’ATLF est représentée au Conseil d’administration et aux commissions professionnelles de l’AGESSA. L’ATLF entretient, également, des rapports privilégiés avec la Société des Gens de Lettres (SGDL) et amicaux avec le Syndicat national des auteurs et des compositeurs (SNAC). L’ATLF est une association largement reconnue. Référence de la profession, elle est régulièrement consultée par les traducteurs, les éditeurs, citée par les journalistes, sollicitée par diverses instances culturelles, éducatives, etc.

 
   
 
Contacter l'Atlf  

Permanence tous les jeudis après-midi de 14h à 18h
au 99 rue de Vaugirard, 75006 Paris
Tél. 01 45 49 26 44
Courriel : formulaire en ligne

 

accueil | membres |actualités | contact|
© CPE, 2010— Renseignements : 01 40 51 04 01 — Accueil : www.conseilpermanentdesecrivains.org